INFORMATION

INFORMATION - Champignons de Madiran

 

INFORMATION

LA VENTE DES CHAMPIGNONS DE MADIRAN

SUR LE SITE DE PRODUCTION A MADIRAN

REPRENDRA

LE 29/08/16 POUR LE PREMIER CHOIX ET

LE 06/09/16 POUR LE SECOND CHOIX

(jours et horaires de vente)

 

 

 

Champignons de Madiran : des PARIS

 

Le premier pari est humain. Il a été de croire que des personnes en situation de handicap principalement psychique ayant en plus des contre-indications médicales (travailler en hauteur, porter des charges, position penchée en avant, station debout prolongée…), avaient le droit d‘avoir une activité à caractère professionnel adaptée. Pour un ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le Travail – ex CAT) ayant le statut d’établissement médico-social, il est commun de penser que cela rentre dans sa mission. Mais s’assimilant souvent à une entreprise, la tentation est grande pour un ESAT de rechercher des activités lucratives et de prospecter ensuite les personnes pour les réaliser.

 

L’ESAT de Madiran constatant que les visites chez le médecin du travail de la MSA (Mutualité  Sociale Agricole) font apparaître que plus de 40% des travailleurs à l’ESAT présentent des contre-indications médicales parfois multiples, fait le choix de rechercher une nouvelle activité permettant de maintenir une activité agricole s’inscrivant dans la dynamique historique de l’établissement et mêlant des conditions de culture, de travail, et de rendements adaptés. Tout ceci en culture biologique pour des raisons de développement durable et environnemental. La culture du champignon de Paris est apparue comme la solution. Dès le début de l’aventure, nous avons pu compter sur les conseils et les relations internationales de Monsieur PASTOL, ancien directeur général de production d’une société de 4000 salariés mettant sur le marché 150 000 tonnes de champignons par an. Après 4 ans de recherche et de négociations, la production de «Champignons de Madiran» est lancée en Novembre 2012.  

 

Sans l’appui du Président de l’Association, Maître Jean-François FOURCADE, d’une commission du Conseil d’administration fortement engagée et sans l’accord financier majeur de l’ARS (Agence Régionale de Santé) l’activité n’aurait jamais vu le jour.

 

Le deuxième pari est technologique. La ferme à champignons de Paris BIO de Madiran est la première en France. Pilotée par informatique, il est possible de régler, même à distance, les paramètres de culture et d’éviter de cueillir le week-end pour le confort des employés.

 

Il y a plus de douze ans, la culture du champignon s’est arrêtée à Madiran car la production « en grotte » ou « cave », originalité française, a été interdite à Madiran pour des raisons de sécurité. La culture « en ferme »  ou « maison » automatisée et mécanisée dans des pays de l’Est avec peu de main-d’œuvre et mal rémunérée, ne permettait pas au gérant de l’époque d’être concurrentiel sur le marché.

 

Dix ans après la fermeture de la champignonnière, l’ESAT a racheté les deux bâtiments en jachère;  de grands hangars servant à l’époque pour préparer le compost, support de culture des champignons. Aujourd’hui, nous produisons hors sol dans des chambres de culture, éclairées, toujours tempérées à environ 17°, sans ventilation et avec la musique lors de la cueille. Le premier niveau de culture est à hauteur de bureau et le deuxième est accessible avec des échelles roulantes sécurisées. La technologie est d’origine Hollandaise mais recherchant du travail manuel pour nos employés, nous n’avons mécanisé que les activités pénibles. Contrairement aux fermes mécanisées, la cueille dans la ferme de Madiran est faite à la main directement dans le plateau destiné à la vente.

 

Le caractère innovant de l’activité fait que nous avons bénéficié du « Grand emprunt » appelé aussi « Programme d’investissements d’Avenir » avec l’aide de Midi-Pyrénées Active.

 

Le troisième pari est socio-économique. Madiran est fort connu pour son vignoble et la Bigorre pour ses spécialités : Porc noir de Bigorre, Haricots Tarbais, Oignons de Trebons. Il y a maintenant comme le titre la revue du Conseil Régional de Midi-Pyrénées en Septembre 2013 «  l’autre spécialité de Madiran : le champignon ». Michel GUERARD, le triple étoilé landais l’a inscrit en premier à ses menus dès qu’il l’a découvert. Le Champignon de Madiran est un « agaricus bisporus » appelé mondialement champignons de Paris. En général blanc, le nôtre est blond comme à ses origines. Ferme, il dégage un arôme particulier sans doute dû à la technique française du gobetage (Lit de calcaire broyé et de tourbe blonde déposés sur le compost). Cueilli à la main, il peut donc être présenté pied entier à la vente. Notre production est d’environ 1.5 tonne par semaine et devrait progresser très peu vu les contraintes de l’ESAT. Il est diffusé « en circuit court » dans le triangle Pau, Tarbes, Toulouse et Auch en priorité dans les magasins spécialisés BIO, les magasins fermiers, les marchés et est cuisiné par de plus en plus de restaurateurs, de fabricant de pizzas. Sur le site à la rubrique « Où les trouver ? », vous avez tous les bons coins où les acheter ou bien les déguster. Le réseau des chantiers d’insertion « Les Jardins de Cocagne » du 65, 32, 31 intègrent ponctuellement des sachets de nos champignons dans plus de huit cents paniers. Ils sont des acteurs importants de la commercialisation.

 

Des moyens financiers complémentaires nous ont été accordés par :

  • la Mutualité Sociale Agricole avec l’appui de SOLIDEL
  • le Conseil Régional de Midi-Pyrénées
  • la mutuelle HUMANIS
  • la Fondation Caisse d’Epargne
  • la Fondation SAFRAN

et prochainement par une grande Mutuelle, sans lesquels l’opération n’aurait pas pu être bouclée.

 

Vous vous demandez comment le Beau Blond, BIO et Bien Bon se produit. Une rubrique en image "Comment ils se produisent" vous donne les principes de base de la production. Si vous passez nous voir, et si nous avons fini de cueillir, nous vous accueillerons avec plaisir.

 

Je conclurai avec les derniers mots du reportage de France 3 : le Champignon de Madiran une « belle aventure humaine et gustative » réussie grâce à beaucoup de bonnes volontés, aux employés et leurs encadrants.

 Gabriel GAUDEBERT, Directeur de l'ESAT de Madiran